Regards croisés sur cent ans d’engagement syndical

En 1919 naissait la CFTC, la Confédération française des travailleurs chrétiens, devenue CFDT à partir de 1964. Le 15 octobre, la Confédération organisait un événement pour fêter les 100 ans de son histoire.


« Cent ans, c’est long, et ces 100 ans-là sont particulièrement riches ! », lançait Jocelyne Cabanal, secrétaire nationale, en préambule de cette commémoration que la Confédération a organisée lors de son dernier Conseil national confédéral, avec une cinquantaine d’invités de marque. Parmi eux, Jean Kaspar, secrétaire général de 1988 à 1992, et Nicole Notat, secrétaire générale de 1992 à 2002. À la tribune, ils ont partagé avec la salle les temps forts de leur engagement syndical mais aussi quelques dates qui ont indéniablement marqué l’histoire de la CFDT.

Ruptures et continuités

« Ce qui me frappe dans notre histoire est cette capacité d’évolution et de transformation permanente, souligne Jean Kaspar, rappelant au passage comment la CFDT a réussi après 1964 à réaliser la synthèse de son double héritage chrétien et ouvrier. En prenant ses distances par rapport au catholicisme, en rejetant le capitalisme et toutes les formes de totalitarisme, l’organisation s’est ouverte à tous ceux qui se reconnaissaient dans ses valeurs. Je pense qu’il faut toujours rester fidèles à ses racines mais ne jamais s’y enfermer. » Le congrès de Strasbourg en 1988 fut également un acte fondateur pour l’indépendance de la CFDT vis-à-vis de toute école de pensée, estime Nicole Notat : « En clarifiant sa position par rapport aux politiques, la CFDT a choisi sa voie “ni neutre ni partisane”. »

« La CFDT a effectivement montré sa capacité à construire sa propre vision du progrès social, a poursuivi Laurent Berger. Ainsi, nous nous sommes émancipés de l’Église, du pouvoir politique et, récemment, nous sommes devenus la première organisation syndicale, devant la CGT ! »

Et maintenant ?

« Nous devons rester solides sur nos valeurs et notre aptitude à regarder la réalité en face », a conclu l’actuel secrétaire général, qui a souligné quelques-uns des défis que l’organisation doit maintenant relever : aider les salariés à interagir sur leur travail, comme ils l’ont souhaité dans l’enquête Parlons travail en 2016 ; accueillir l’ensemble des travailleurs (salariés et freelances) en faisant évoluer notre structuration actuelle ; construire un nouveau rapport de force avec le gouvernement et pour cela trouver des alliés. « La CFDT doit continuer à nouer des alliances avec d’autres associations de la société civile comme elle a commencé à le faire avec le Pacte du pouvoir de vivre. »

“100 ans de syndicalisme, 1919-1964-2019”, l’exposition !

Pour son centenaire, la Confédération a conçu une exposition mettant à l’honneur les affiches issues des archives confédérales et interfédérales. Cent documents au total, choisis pour illustrer un siècle d’actions syndicales et les divers sujets dont la CFDT s’est emparée. Exposé à l’Espace Belleville jusqu’au 15 janvier 2020, l’ensemble retrace en images les événements qui ont concerné le syndicalisme au fil des ans : les crises, guerres mondiales et coloniales mais aussi la paix et le désir d’Europe, l’industrialisation, la mondialisation, les transformations de la société à l’ère du numérique… Pour les structures qui souhaitent en profiter, des kits mobiles de l’exposition seront bientôt disponibles !

Partagez, faîtes suivre...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.