LA CFDT SIGNERA L’ACCORD DE CLASSIFICATION

Cette nouvelle classification n’est pas à la hauteur de toutes vos attentes , c’est une réalité :

  • Une contrainte budgétaire imposée par les Pouvoirs Publics sur la rémunération annuelle et qui malgré nos multiples interpellations ne nous entendent pas. Cette contrainte est le frein principal à l’obtention de nos revendications sur l’évolution professionnelle et salariale, à la hauteur de nos revendications.
  • Un budget classification de 80 millions d’euros accordée par les Pouvoirs Publics qui ne peut être utilisée que pour le classement des emplois et quelques primes.
  • Les Pouvoirs Publics ont confirmé que ce budget ne serait pas reconduit en 2021 si la négociation n’aboutissait pas fin 2020.
  • La non obtention d’une garantie minimale d’évolution de la rémunération sans la borne fixée par l’employeur de 25 ans d’ancienneté pour en bénéficier. L’employeur en a fait une ligne rouge et cela est regrettable !
  • Le maintien de l’attribution de 2 points d’expérience jusqu’à la 25ème d’ancienneté sans avoir pu en obtenir une amélioration. L’employeur en fait aussi une ligne rouge et cela est regrettable !

OUI MAIS !

Cette nouvelle classification apporte également des avancées, c’est une réalité :

  • Une grille unique 
  • La création de paliers
  • La création des emplois repères
  • Le déplafonnement des niveaux
  • La création d’une prime de mobilité fonctionnelle à niveau égal, équivalente à un demi mois de salaire
  • La revalorisation des pas de compétences soit : 9 points pour les niveaux A à C; 12 points pour le niveau D et 13 points pour les niveaux E à G
  • Des revalorisations des  coefficients minimums pour chaque niveau
  • La création de paliers dans les niveaux avec valorisation financière de 3 points en plus du pas de compétence normal
  • La création d’une prime de 7 points par mois pour les formateurs occasionnels
  • Une augmentation du taux d’attribution minimal de mesures individuelles pour les salariés qui passe à 25 % dès 2023
  • L’inclusion d’une clause de revoyure pour la cotation des CIS et 7 emplois des Ugecam
  • La prise en charge des cotisations ordinales par l’employeur
  • La création d’une garantie d’évolution minimale de la rémunération, à partir de la 26ème année d’ancienneté. Si pendant 5 ans, le coefficient développé des salariés du niveau A à H n’a pas évolué, ils bénéficient d’une attribution de 6 points de garantie.
  • Le maintien automatique du statut cadre pour les salariés qui en bénéficient aujourd’hui
  • Une augmentation du montant des primes de fonctions calculées sur la base des nouveaux coefficients minimums et du palier 2. C’est le même principe qui s’applique aux primes de responsabilité.
  • Une information individuelle obligatoire par l’employeur de l’existence du dispositif de l’examen personnalisé. La possibilité de bénéficier d’actions de formation dans ce cadre
  • Un renforcement de la communication sur la politique de rémunération dans les organismes

La CFDT et ses adhérents ont estimé, tout en tenant compte de la contrainte budgétaire, qu’un accord équilibré a pu être trouvé.

Et ensemble, portons une autre vision du syndicalisme :

celui qui négocie

celui qui obtient des avancées

celui qui s’engage

Le 8 décembre, la CFDT signera le projet d’accord classification pour tous les employés et cadres de la Sécurité sociale.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.