Classification

 

 

 

 

[NÉGOCIATION]CFDT PSTE

CLASSIFICATION SECU : UNE NEGO QUI PREND SON TEMPS!

le 03/12/2019
Par Florence PUGET

Une nouvelle séance de négociation s’est tenue le 19 novembre. Quelques avancées de l’employeur devant une CFDT revendicative !

Que nous dit l’employeur en séance de négociation :

  • Création d’un quatrième palier au sein de chaque niveau
  • Avec une évolution dans le niveau avec toujours attriubtion d’un pas de compétence +3 points par passage de paliers. 
  • Revalorisation uniquement des pas de compétences pour les employés soit 9 points au lieu des 7 actuels. 
  • Revalorisation uniquement des coefficients minimums des niveaux E et F par rapport à la proposition initiale qui était : E = 285 points et F = 315 points.
  • Dans le cas d’un positionnement sur un niveau de la grille Employé, les salariés qui sont actuellement au niveau 5A ou plus conserveraient individuellement une attribution de pas de compétence à hauteur de 12 points.
  • Lors de la transposition du coefficient actuel vers le nouveau, deux possibilités 

Choix 1 : Prendre le coefficient de base actuel et les points de compétences par rapport au coefficient minimum de qualification du niveau de positionnement de l’emploi. 

Choix 2 : Prendre le coefficient de base actuel, les points de compétences et les points d’expérience par rapport au coefficient minimum de qualification du ni-veau de positionnement de l’emploi.

 Qu’a revendiqué la CFDT en séance de négociation : 

  • Valorisation du pas de compétence au-delà de + 3 points de compétence. 
  • Valorisation aussi des coefficients minimums des niveaux employés.
  • Valorisation des pas de compétence selon le niveau et non la catégorie.
  • Adaptation de la prime de fonction à la nouvelle grille (en effet avec les nouveaux positionnements, une partie des salariés concernés pourraient connaitre une diminution du montant de leur prime de fonction). 
  • Prise en charge par l’employeur des cotisations des ordres professionnels. 
  • Création d’une garantie d’évolution professionnelle (Obtention de points de« garantie » en l’absence d’attribution de points de compétence, au bout de 3 ans).
  • Passage du taux d’attribution annuel des pas de compétences de 20 à 30 %. 
  • Application pour la transposition du coefficient actuel vers le nouveau :  Choix 1 soit avec les pas de compétences,  sans  les  points  d’expérience(ancienneté), afin de ne pas pénaliser les salariés avec le plus d’ancienneté.

 Les constats de la CFDT 

Cette séance a aussi été l’occasion de faire un premier bilan des réunions paritaires sur les Emplois repères, sans pour autant que l’Ucanss ait tranché sur les demandes CFDTde révision de cotations sur certains emplois (Ex : Secrétaire, la cotation CFDT positionne cet emploi sur le niveau C et l’Ucanss sur le niveau B) dont de nombreux emplois du sanitaire et social. La CFDT l’a dit le compte n’y est pas et attend les retours de l’Ucanss sur ces questions. 

Sur la négociation Classification, l’employeur est loin d’avoir répondu aux revendications CFDT, pour autant quelques petites avancées sont à noter mais encore largement insuffisantes. Est-ce lié à la contrainte budgétaire imposée par les pouvoirs publics

Alors, encore de nombreuses séances de négociation en perspective sur 2020, pour arriver à une éventuelle proposition de texte définitif.

Télécharger (PDF, 646KB)

 

 


[NÉGOCIATION] CFDT PSTE CLASSIFICATION SÉCU : UNE NÉGO QUI REPART

le 21/09/2019
 

 1 seule grille avec 9 niveaux dont 4 Employés et 5 Cadres avec revalorisation des coefficients d’entrée et transposition des emplois repères dans la nouvelle grille : Un emploi repère = un niveau.

  • Transformation des mesures salariales 2013 et 2015 (1.65 % du coefficient d’entrée) en points avec le coût de l’arrondi.
  • Extension des bénéficiaires de la prime de résultat à partir du niveau G.
  • Création de primes particulières

Comprises dans l’enveloppe RMPP annuelle des 1.5 pendant 4 ans (qui permet de financer chaque année les promotions, les pas de compétences et l’ancienneté) :

  • Maintien de la règle des 105 % en cas de promotion (changement de niveau).
  • Déplafonnement des niveaux (suppression des plafonds).
  • Création de 3 paliers à l’intérieur des niveaux selon le mécanisme suivant : Le palier 2 s’obtiendra à partir de 2 pas de compétence. Le passage du palier 2 au palier 3 s’obtiendra à partir de 4 pas de compétence. Le passage d’un palier à un autre entrainera l’attribution de 3 points en plus d’un pas de compétence.
Exemple: Passage du palier 1 au 2 = 1 pas de compétence + 3 points, passage du palier 2 au 3 = 1 pas de compétence + 3 points.
 
Revendications CFDT portées lors de cette séance :
  • Mise en place d’un groupe de travail avec les Organisations Syndicales, l’employeur et les Caisses nationales sur les Emplois repères pour confronter nos résultats sur la cotation des emplois et définir ces derniers.
  • La cohérence de la grille et des niveaux au regard des résultats des travaux à venir sur les emplois repères.
  • Augmentation des coefficients d’entrée Employés qui restent proches des niveaux actuels proposés par l’employeur.
  • Création de 4 paliers au sein de chaque niveau et une valorisation des paliers par l’attribution de pas de compétence majorés proche de la règle des 105 %
  • Augmentation de l’ancienneté (de 25 à 30 ans et de 2 à 3 points annuels).
  • Création d’une garantie minimale d’évolution professionnelle (= Obtention de points de «» et qui s’actionnerait en l’absence d’attribution de pas de compétence, au bout de 3 ans.)
  • Augmentation des pas de compétence pour toutes les catégories, tout en insistant sur les employés avec une proposition à 12 points.
  • Passage de 20 à 30 % du taux d’attribution annuel des points de compétence.
  • Valorisation de la mobilité professionnelle à niveau égal par l’attribution de pas de compétence majorés, proche de la règle des 105 %. 

Les premières réponses de l’Employeur

Il répond oui à la mise en place d’un groupe de travail sur les Emplois repères avec un démarrage rapide début octobre.

Il se dit ouvert sur l’augmentation des pas de compétence sans en préciser la hauteur.

Il se dit ouvert aux revendications suivantes :

  • de valorisation de la mobilité professionnelle à niveau égal.
  • d’augmentation des coefficients d’entrée des employés, mais uniquement sur les niveaux  C et D, sans en préciser la hauteur.
  • sur l’opportunité de l’augmentation du nombre de niveau, l’employeur est prêt à en discuter suite aux résultats des travaux dans le cadre du groupe de travail des Emplois repères.

Il reste très frileux sur la garantie minimale d’évolution et sur une augmentation du taux annuel d’attribution de points de compétence (actuellement à 20 %).

Il fixe une ligne rouge sur l’augmentation de l’ancienneté (en durée et en points).

Qu’attend la CFDT 

La négociation reprend avec plusieurs séances déjà programmées, des travaux en groupe sur les Emplois repères jusqu’à fin 2019 et devraient se poursuivre en 2020. La CFDT veut pouvoir avancer toutes ses propositions dans l’intérêt de tous les salariés. La CFDT prendra le temps nécessaire de la concertation.

Pour autant reste la problématique des enveloppes allouées par les Pouvoirs Publics qui restent insuffisantes.

Pour la CFDT, il est nécessaire d’avancer dans la négociation pour pouvoir déterminer l’augmentation des 2 enveloppes RMPP.

La CFDT continuera à revendiquer une classification et une politique de rémunération dynamique  pour répondre à l’attente des salariés. 

Télécharger (PDF, 486KB)


[NÉGOCIATION] CFDT Classification Sécu : Une négo qui risque de s’enliser

le 15/07/2019
 

La CFDT prête à négocier mais…

La CFDT, CGT, FO et l’employeur s’étaient quittées le 25 juin sur un accord pour que la méthodologie de travail de repositionnement des emplois repères soit claire. Il s’agissait de réaliser un travail en commun sur ces derniers, à partir d’un document de l’employeur, puis de confronter ces premiers résultats lors de la réunion de négociation du 9 juillet. 

La CFDT s’est donc rendue à cette séance en ayant réalisé en amont ce travail de repositionnement pour pouvoir échanger, avec les Caisses Nationales, sur les écarts constatés. 

Ce sujet n’a pas été abordé et la CFDT le regrette vivement. En effet, il aurait permis de lever les incompréhensions, de valider ou amender la méthode et donc de démarrer le processus de repositionnement. Les emplois repères sont une revendication forte de la CFDT. Nous souhaitons participer activement à leur mise en œuvre en réalisant notre propre cotation sur chaque emploi concerné afin de ne pas subir des reclassements arbitraires.

Une  séance de négociation qui s’est rapidement enlisée.

En effet FO et la CGT demandaient au préalable que l’employeur présente la totalité de son projet de Classification. 

L’employeur n’a pas souhaité répondre à cette demande indiquant qu’il était nécessaire de se mettre d’accord sur le repositionnement des emplois repères afin d’en estimer le coût et l’impact sur l’enveloppe budgétaire « Classification ». Il en fait le passage obligé pour continuer la négociation.

La CFDT partage la demande de la CGT et de FO. Il est urgent de connaître le projet global de l’employeur, pour pouvoir avancer des contre-propositions. Toutefois et comme elle s’y était engagée, la CFDT souhaitait reprendre la séance conformément à l’ordre du jour.

Chacun est resté sur ses positions. Les Caisses nationales présentes n’ont pu être questionnées.

Et maintenant…

Cette séance n’a pas permis d’avancer. Il appartient maintenant à l’employeur de renouer le dialogue,  faute de quoi les prochaines séances seront stériles. 

La prochaine réunion de négociation se tiendra sur la deuxième quinzaine de septembre.

Des revendications CFDT sur la grille présentée

  

La CFDT estime que les coefficients d’embauche proposés dans la grille « Employés » sont insuffisants et souhaitent que l’employeur les améliore. Côté cadres, l’étude de ces coefficients doit être approfondi.

La CFDT n’est pas opposée à un emploi repère qui évoluerait au sein d’un même niveau mais seulement et seulement si le système de « paliers» envisagé par l’employeur s’accompagne à chaque changement d’un pas de compétence «majoré». Cela permettrait comme le réclame la CFDT une véritable valorisation financière des parcours professionnels.

La CFDT a de nouveau revendiqué l’attribution d’une garantie minimale d’évolution salariale pour chacun.

Comme toutes les négociations classification, celle-ci est complexe et nécessite du temps. 

La CFDT ira au bout de cette négociation dans l’intérêt de tous les salariés.

Aux autres acteurs de prendre aussi leurs responsabilités.

Télécharger (PDF, 373KB)


[NÉGOCIATION] Classification : CFDT Mobilisation Classification le 25 juin : 36 % des salariés Sécu en grève !

le 03/07/2019
 

Les salariés de la Sécu tirent la sonnette d’alarme : ils veulent une nouvelle Classification à la hauteur de leur attentes.

Et oui, les pouvoirs publics et l’employeur doivent  nous entendre : 

36 % de grévistes au Régime Général 

ce n’est pas anodin, ce sont 40.000 salariés mobilisés le 25 juin pour dire Stop à l’employeur et lui demander de revoir sa copie !

  •  Plus de 50 % de grévistes en région PACA. Plus de 40 % en régions Bretagne, Auvergne Rhône Alpes et Occitanie .
  •  Plus de 40 % de grévistes dans les CPAM et les URSSAF et 36 % dans les CAF. 

Ce qui a  été obtenu :

  •  l’employeur reprend à zéro la négociation Classification, les Organisation Syndicales reviennent à la table des négociations.
  •  l’’employeur se dit ouvert à une négociation sur une possible augmentation collective mais pas avant 2020.

Ce que nous attendons encore des Pouvoirs publics  :

  • le report de la part de l’enveloppe financière Classification à utiliser en 2019 sur 2020.
  • une augmentation de l’enveloppe globale dédiée à la Classification.

Maintenant, l’employeur ne peut et ne pourra ignorer la pression des salariés sur les négociations en cours sur la classification.

Rendez–vous : le 9 juillet, date de la prochaine réunion de négociation classification.

La CFDT verra si l’Ucanss et les Pouvoirs publics ont bien intégré la volonté des salariés d’ouverture d’une véritable négociation classification.

Télécharger (PDF, 509KB)